Amnistie internationale Canada francophone
   Pour nous joindre | SUIVEZ-NOUS SUR : FacebookTwitterYou Tube
Avouez! La torture, c'est inhumain. Campagne 2013
Téléchargez la campagne





ACTIVITÉS
• Faire connaître la campagne
• Des barrages humains comme garde-fous
• Nous vous regardons
• Créez un « meme »
• Quizz – La torture, qu'en savez-vous ?
• Ressources éducatives
• Mise en scène : Non à la torture
• Antoinette Chahine en tournée
Quizz – La torture, qu'en savez-vous ?

Pour chaque question, plusieurs réponses sont possibles. Ce questionnaire a pour but de donner des informations de base sur la torture, et d’ouvrir la discussion. Téléchargez le PDF.

1 On emploie le mot « torture » lorsque plusieurs éléments sont présents. Lesquels?

a. Une douleur ou des souffrances aiguës, physiques ou mentales sont infligées.
b. La présence d’un bourreau représentant une autorité officielle (policier, militaire, gardien
    de prison…).
c. Le fait que le tortionnaire agit dans l’intention d’obtenir de la victime des renseignements
     ou des aveux, de la punir d’un acte, de faire pression sur elle, de l’humilier ou pour tout
     autre motif fondé sur une discrimination.


2 Environ 200 pays sont représentés à l’ONU. Dans combien d’entre eux la torture
       est-elle couramment pratiquée?

a. Une dizaine
b. Une vingtaine
c. Une cinquantaine
d. Plus d’une centaine


3 Quelles méthodes les bourreaux utilisent-ils le plus souvent?

a. Les coups assénés avec des bâtons, des matraques, des fouets
b. L’électricité
c. Le viol
d. Les suspensions par les bras, les pieds


4 Quels euphémismes sont utilisés à la place du mot « torture »?

a. Techniques alternatives d’interrogatoire
b. Interrogatoires poussés
c. Pressions physiques fortes
d. Mesures coercitives


5 Comment les tortionnaires justifient-ils le recours à ces méthodes barbares?

a. Il faut sauver des vies innocentes
b. Il faut rétablir la loi et l’ordre
c. Il faut venger les compatriotes morts et/ou torturés
d. Il faut protéger la sécurité nationale


6 Qui sont les victimes de la torture :

a. Des opposants politiques
b. Des prisonniers et prisonnières de droit commun
c. Des femmes et des enfants
d. Des personnes d’une autre ethnie


7 Les services secrets des États-Unis utilisent le « waterboarding » pour interroger des
       personnes soupçonnées d’appartenir à la mouvance terroriste. De quoi s’agit-il?

a. D’une planche à eau
b. D’attacher un prisonnier sur une planche et de lui verser de l'eau sur le visage pour
     provoquer une sensation d'étouffement
c. D’un simulacre de noyade
d. D’une variante du supplice de la baignoire


8 Les textes internationaux interdisent la torture. Ont-ils prévu des exceptions?

a. En cas de guerre
b. Pour lutter contre le terrorisme
c. Quand un État est confronté à une « menace imminente »
d. Aucune exception


9 Après avoir été libérées, les victimes de la torture doivent être soignées. Quelles sont
       les séquelles les plus importantes?

a. Les blessures occasionnées par les coups, les brûlures…
b. Les mutilations
c. Les troubles psychiques résultant des tortures
d. La honte, l’humiliation


10 Parmi ces pays européens, quel est le seul à ne pas avoir utilisé la torture dans les
          cinquante dernières années?

a. Norvège
b. Angleterre
c. Espagne
d. France


11 Qu’est-ce qui est le plus efficace pour lutter contre la torture?

a. Écrire massivement en faveur d’un prisonnier
b. Manifester devant les ambassades
c. Interpeller les hommes politiques


12 En quoi consiste la prévention de la torture?

a. Renforcer les lois interdisant dans tous les cas le recours à la torture
b. Favoriser les visites surprises des lieux de détention
c. Juger et condamner les bourreaux et ceux qui les commandent
d. Refuser la prise en compte d’aveux obtenus sous la torture


RÉPONSES

1. a, b et c : la définition des Nations Unies indique que la torture n’est pas seulement une question de douleur.
2. d.
3. a : mais les autres méthodes sont fréquemment utilisées.
4. a, b, c et d : les autorités utilisent toujours des euphémismes pour éviter de reconnaître l’usage de la torture.
5. b, c et d : sauver des vies est un prétexte ; les vraies raisons : maintenir l’ordre et terroriser.
6. a, b, c et d.
7. b et d : le mot « simulacre » est employé, mais les bourreaux ne font pas semblant.
8. d.
9. c et d : avec le temps, les blessures corporelles guérissent, mais l’absolue négation de la personnalité ne s’oublie jamais.
10. a
11. a, b, c.
12. a, b, c et d : être efficace suppose d’utiliser tous ces modes d’action.

Source :
Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT). Aborder la torture. Octobre 2008. Pages 30-32.

Participez. Pour d'autre. Avec d'autre.

© Amnistie internationale Canada francophone 2012